le Désert

Le désert, du côté de M'Hamid, dernier village avant nulle part...

 

Des dunettes pour commencer, puis, lentement en s'enfonçant dans les sables vers Chiguagua, on est captivé par ces océans minéraux.

Le bleu azur d'un ciel pur illumine en parfaite complémentarité les oranges des étendues à l'infini, où par ci par là le vert d'un palmier rappelle que la vie s'accroche partout.

 

Sans vous en douter par la sécheresse, plusieurs mètres en dessous de vos pieds ruisselle encore le Drâa, qui plus au Nord arrosait les palmeraies entre Ouarzazate et Zagora.

Quelques oasis apportent fraîcheur dans ces vastes étendues de dunes direction océan, sur des centaines de kilomètres. Quelle plage!

 

 

 

 

destination automne/hiver

 

Une destination où le 4x4 est tout indiqué.

Oui, la randromadaire fait partie du circuit (pour ceux qui désirent), grimper une dune, en sandales + chaussettes (sisi! faut les chaussettes parce que ça brûle le chable saud!), ça change des escalators de la galerie Lafayette.

 

Pour l'astro: tout bon!

 

Sauf le vent.

 

Quand il se met à soulever le sable, astro ou pas, ce n'est vraiment pas agréable.

Cela peut durer des jours et de jours, surtout en avril.

Avec les 4x4, pas de problème: si repli stratégique il se doit, on le pourra!

 

Destination période hivernale évidemment question chaleur (en été, faut être blindé)

 

 

 

récit: désert volant 

 

Tout autre, le désert côté Tazzarine et vers Erachidia.

 

Nous restons plutôt aux alentours de Tazzarine, région incroyablement "désolée".

Un lac asséché couvre des centaines de kilomètres carrés. Le relief autour aime jouer avec les lumières, et les roches peuvent virer du bleu ciel turquoise vers le gris foncé, métallique, suivant l'orientation du soleil.

Après un randonnée à travers une rivière (le lit fait 10km de large par endroits, une rivière de sable on devrait dire) où avec un peu de chance vous trouverez quelques flaques (ou des dromadaires, cela va de paire) vous montez une pente caillouteuse... Arrivés au sommet, le spectacle vous coupe le peu de souffle qui vous reste: somptueux ces dunes de 200 mètres de hauteur!

 

Allez, on y va, on court descend survole les pentes de sable, comme si la gravité n'existait plus, comme des astronautes sur la lune.

Génial, ça ne fait même pas mal si on tombe, au contraire, c'est tellement amusant que le plus sec des gens toujours sérieux pourrait y retrouver son âme d'enfance!

 

(c'est vrai, ça m'est arrivé!)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



02/02/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres